Un commentaire

  1. Bravo pour ce travail sur les relations commerciales ROMAINES mais, après, il y a eu le commerce « musulman » ( en fait des berbères qu’on appelle kabyles de nos jours), « illettrés mais parlant le ladino » à 90% lengua nostra (l’occitan) et dont tout le monde se fout parce que, gens de sac et de corde, ils n’ont rien laissé sauf les épaves Agay Bateguier étudiées par Jezequel.
    Les rares historiens professionnels ( Senac. Levi-Provensal) qui en ont parlé, se sont rabattus sur L’ESPAGNE OMMEYYADE pour lesquelles on est bien documentés..
    Ca, ça serait de la RECHERCHE HISTORIQUE pour des associations locales qui ne s’intéressent même plus au provençal.

Répondre à Curvalle Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *